RETOUR


cinq mots que vous employez mal sans le savoir

par webmaster le 26-12-2018

Cinq mots que vous employez mal sans le savoir

«Dénoter», «associable»... Nous utilisons ces mots en corrompant leur sens sans nous en rendre compte. Le Figaro vous propose un tour d'horizon de ces termes que nous utilisons mal au quotidien.

Faux synonymes, paronymes, mauvais usages... Chaque jour, nous confondons un mot avec un autre, avons recours à des termes en tronquant leur sens, sans le savoir. En effet, «basique» n'est pas «fondamental», «naguère» ne revient pas à dire «jadis», le meurtre» se différencie de l'«assassinat». Le Figaro vous propose un tour d'horizon de ces cinq mots du quotidien que vous employez mal.

» LIRE AUSSI - «Obnubiler» ou «omnibuler»? Ces barbarismes que vous faites sans le savoir

? Dénoter

Le verbe fait partie des paronymes, ces mots à la phonétique quasi identique mais aux sens différents, qui émaillent la langue française. Dire «la couleur de cette voiture dénote !» est une erreur. Le verbe signifie: «être le signe de quelque chose» et donc, «révéler, signifier». Exemple: «Ces toiles dénotent un talent certain». Il eût fallu dire «la couleur de cette voiture détonne» qui caractérise le fait de «sortir de la bonne intonation et par conséquent chanter faux», lit-on sur Le Trésor de la langue française.

Sanctionner

«Je vous préviens, encore un retard et vous serez sanctionné d'une heure de colle», prévient le professeur. La menace est efficace, certes, mais elle comporte une erreur. En effet, on ne sanctionne pas l'auteur d'une faute mais la faute elle-même. Comme le rappelle l'Académie française, le verbe s'emploie d'abord en «droit constitutionnel et signifie ‘‘donner son approbation à une loi pour la rendre exécutoire''». Ainsi, il a fini par être le synonyme de «valider, entériner». Il signifie plus couramment «punir la faute». Ainsi, rappellent les sages, «l'on se gardera d'employer ce verbe avec le nom du coupable comme complément d'objet direct», auquel cas il faudrait avoir recours aux verbes «châtier, punir». On ne dit pas «il a sanctionné le joueur qui a commis un en-avant» mais «l'arbitre a sanctionné l'en-avant».

? Associable, insociable

Non seulement nous confondons les deux termes mais en plus, deux termes au sens diamétralement opposé: comme le suggère le préfixe «-in», «insociable» désigne «qui n'est pas capable de relations aimables ou agréables avec ses semblables». Le mot est issu du latin insociables, «qu'on ne peut associer à, incompatible». Quelqu'un d'«associable» est, au contraire, celui «qui peut être associé», «sociable, qui vit ou peut vivre en société».

» LIRE AUSSI - Cinq fautes de français qu'on ne soupçonne pas

? Malentendu, le quiproquo en moins

Un quiproquo peut aboutir à un malentendu mais un malentendu n'est jamais un quiproquo... Vous saisissez? Revenons sur l'étymologie des termes. «Malentendu» est formé sur l'adverbe «mal» et le participe passé du verbe «entendre», au sens de «comprendre», lit-on sur le site de l'Office québécois de la langue française. Ainsi, il désigne d'abord «une erreur d'interprétation de paroles entendues et, par extension, l'incompréhension ou le désaccord que cette erreur peut entraîner». Le quiproquo vient du latin qui pro quo, «quelque chose pour quelque chose d'autre». Fait étonnant: il est d'abord employé dans le domaine pharmaceutique «pour parler d'une erreur de substitution d'un médicament à l'autre, ou pour parler du médicament en cause». Au sens général, il s'emploie pour définir une situation dans laquelle la méprise est née du fait qu'on prend une chose ou une personne pour une autre. Exemple: Je parlais à mon patron alors que je pensais discuter avec mon mari. Quel quiproquo!

? Déficient / défectueux

Ce qui les unit, c'est qu'ils désignent le contraire de la perfection. Cependant, la nuance qui les différencie est importante. Comme l'explique Jean-Loup Chiflet dans Les nuances de la langue françaises (Figaro), ce qui est «déficient» est «ce qui est insuffisant sur le plan quantitatif. Ainsi parle-t-on d'une déficience auditive ou oculaire. Ce qui est «défectueux», en revanche, présente simplement quelques défauts. On peut qualifier un objet de défectueux et non pas de déficient: une machine à laver qui ne lave pas, une tondeuse qui ne tond pas.

La rédaction vous conseille