RETOUR


La rentrée des classes en dix chansons culte

par webmaster le 09-09-2018

La rentrée des classes en dix chansons culte

  • Par  Bertrand Guyard
  • Mis à jour le 02/09/2014 à 12:52
  • Publié le 02/09/2014 à 12:35

VIDÉO - L'école a inspiré les plus illustres paroliers et interprètes français. De Sacré Charlemagne de France Gall à Rosa de Jacques Brel en passant par La Maîtresse d'école de Georges Brassens Le Figaro vous offre un florilège musical.

«Qui a eu cette idée folle un jour d'inventer l'école, c'est ce sacré Charlemagne...» Quand France Gall chante cette ritournelle en 1964, elle donne à la France entière une petite leçon d'histoire. c'est le premier roi carolingien qui eut l'idée le premier, aux alentours de l'an 800, d'enfermer pour leur plus grand malheur nos chères petites têtes blondes.

Depuis il est passé de l'eau sous les ponts. Jules Ferry et son école républicaine est devenue obligatoire. Elle a inspiré les plus grands poètes de la chanson française. Jacques Brel a décliné les souvenirs de ses bancs de classe en latin. Georges Brassens s'est souvenu de sa très gironde maitresse d'école. Du temps de Maxime le Forestier, la mixité n'existait pas. Il en a fait une jolie chanson d'amour, Fontenay aux Roses.

Le Figaro vous propose dix chansons culte. Elle parle de l'école, du lycée et des universités, en bien et en mal.

Sacré Charlemagne chantée par France GallRobert Gall, le papa de France, a écrit les premières chansons de sa fille. Les leçons de français, de mathématiques donnent trop de travail aux écoliers et tout ça c'est la faute du grand empereur d'occident carolingien. Tout compte fait, cette ritournelle lui rend finalement un bel hommage.

? L'école est finie chantée par Sheila Après la rentrée des classe, les écoliers et les lycéens attendent impatiemment que la cloche sonne. Les paroles, signées Claude Carrère, l'affirment haut et fort: «C'est le meilleur moment de la journée».

? Rosa de Jacques Brel

Le Grand Jacques décline de chagrin les heures difficiles où nous usions nos fonds de culottes sur les bancs de classe. Il pensait alors plus à sa cousine Rosa. Mais il conclut: «Mais c'est le temps que l'on regrette, quand on s'aperçoit tout bête, qu'il y a des épines aux rosa». À méditer. Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa...

Diabolo menthe d'Yves Simon

Les jeunes filles rêvent à l'école. Elles ont des secrets - amoureux- qu'elles cachent dans leurs classeurs. Au Lycée, après 68, on a enfin le droit de penser à un autre chose qu'aux leçons de physique et de chimie. Yves Simon le raconte merveilleusement dans Diabolo Menthe.

La Maîtresse d'école de Georges Brassens

Qui n'est pas tombé amoureux de sa jolie maîtresse d'école. Avec son génie particulier, Brassens décrit les méthodes avancées de son premier professeur en jupon. Elle embrassait ses élèves. Ce système ne fut jamais admis par «l'imbécile alors recteur d'académie» dixit Georges. C'est dommage car «il fut doux le temps, bien éphémère, hélas, où cette bonne fée régna sur notre classe».

Au lycée Papillon de Georgius

«Vercingétorix, né sous Louis-Philippe, battit les chinois un soir à Roncevaux...». En 1936, le chansonnier Georgius écrit et interprète cette drolatique pochade. On se moquait alors gentiment - déjà- de l'école et de ses méthodes...

Fontenay aux Roses de Maxime Le Forestier

Il fut un temps -pas si éloigné - où les filles et les garçons apprenaient dans des écoles séparées. À l'adolescence ou même avant pour les plus sentimentaux, il fallait attendre sa dulcinée ou son amoureux à la fin de la journée. Dans Fontenay aux Roses Le Forestier raconte merveilleusement cette époque où la distance nourrissait les rêves.

Le bac G de Michel Sardou

Sardou et l'école ont toujours été un peu fâchés. Dans les années 70, il écrit Le Surveillant général un puissant pamphlet contre la vie dans les internats. Quelques années plus tard, avec Les deux Écoles, il prend à son compte la bataille entre l'école libre et républicaine. Enfin avec Le Bag G, il dénonce le manque de débouchés des filières dites technologiques. De là à croire que Sardou n'aime pas notre système pédagogique, il n'y a qu'un pas.

Mes Universités de Philippe Clay

Ce petit chef d'œuvre de Philippe Clay est une chanson engagée contre le système universitaire défendu par les soixante-huitards: «Mes universités, c'était pas Censier, ce n’était pas Jussieu, ce n’était pas Nanterre...» Un véritable hymne à l'autodidactisme.

Les Jolies colonies de vacances de Pierre Perret

Après la rentrée des classes, la fin de la classe, le lycée, les universités Pierre Perret s'amuse du temps des vacances. Ses jolies colonies firent de cet amuseur à verbe pétillant l'un des chanteurs français les plus connus ... et les plus aimés

La rédaction vous conseille