RETOUR


15 mai 2019. Communications tél.vers l'Europe moins chères

par webmaster le 15-05-2019

Les communications téléphoniques vers l’Europe moins chères dès ce mercredi 15 mai

  • Par  Elsa Bembaron  Mis à jour le 14/05/2019 à 17:08
  • Publié le 13/05/2019 à 19:04 – Le Figaro

À quelques jours des élections européennes, un texte qui plafonne les appels passés entre pays européens entre en vigueur.

Bonne nouvelle. Appeler les cousins Italiens, le tonton parti vivre au Portugal ou sa nièce qui fait ses études au Danemark coûtera moins cher à partir de ce mercredi 15 mai. Cette deuxième salve intervient alors que l’Europe a déjà mis fin à la surfacturation liée au roaming. Depuis 2017, les appels passés lors d’un déplacement dans un pays européen sont facturés comme les nationaux. Par exemple, un abonné français en voyage en Espagne voit ses appels être décomptés de son forfait, sans surcoût. Même chose pour les SMS et les connexions Internet.

Cette fois, ce sont les appels passés depuis le pays d’origine qui sont concernés. «Les prix de détail (hors TVA) facturés aux consommateurs pour les communications à l’intérieur de l’Union européenne réglementées ne peuvent être supérieurs à 0,19 euro par minute pour les appels et à 0,06 euro par SMS», stipule le texte de la Commission européenne. Ce qui en France, correspond à 0,228 euro la minute TTC et 0,072 euro TTC le SMS. Deuxième bonne nouvelle, le texte prévoit que les opérateurs peuvent se montrer généreux avec leurs clients et proposer des tarifs plus avantageux.

Choix à faire

La chose se complique pour les abonnés disposant d’abonnements qui incluent les communications vers l’étranger. Leur opérateur doit les informer du choix qu’ils ont désormais entre conserver leur contrat et choisir les tarifs réglementés. Par défaut, c’est le deuxième cas qui sera appliqué au bout de deux mois aux abonnés. Il faudra être réactif, puisque le texte prévoit que les consommateurs peuvent bénéficier des tarifs fixés par l’Europe , «ou y renoncer, gratuitement et dans un délai d’un jour ouvrable à compter de la réception de la demande du fournisseur». À chacun de sortir sa calculatrice pour voir s’il est plus intéressant de conserver son contrat ou de choisir les tarifs réglementés, en fonction de la fréquence des appels passés vers les autres pays européens. Sachant que les prix varient en fonction des types de contrats, et ne sont pas toujours les mêmes selon s’ils sont passés vers un fixe ou vers un mobile, il faut s’armer de patience. Cerise sur le gâteau, la Grande-Bretagne fait encore partie des pays concernés, mais pour combien de temps?