RETOUR


Emballages, recyclage, consigne: ce qui va changer pour vous

par webmaster le 12-08-2018

Emballages, recyclage, consigne : ce qui va changer pour vous

10h00, le 12 août 2018- Europe 1 JDD

Pour réduire sa consommation en plastique, la France va engager de nouvelles mesures qui vont concerner directement le consommateur. Avec, comme objectif, d'aller vers le 100% recyclage.

Pour les associations comme pour le gouvernement, 'il y a urgence' à mener la guerre contre le plastique. A l'heure où de nombreux Français sont en vacances à la plage, la pollution des mers et plus généralement de l'environnement rappelle à quel point le sujet est une urgence. L'emballage plastique en France est passé de 1.996 milliers de tonnes en 2012 à 2.220 en 2016, soit une hausse de 11%. Et le pays reste à la traîne en matière de recyclage, avec un taux de 25,5% des déchets plastique recyclés en 2015. Pour inverser la courbe, plusieurs mesures sont envisagées. Secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Brune Poison les rappelle ou les détaille dans le JDD.

Bonus-malus, logo, collecte des déchets... Les mesures envisagées

  • Début 2019, de nouvelles actions concernant 'la pollution plastique et chimique des océans' vont être entreprises, explique la membre du gouvernement. 'Nous y prendrons des mesures concrètes, contre le suremballage, par exemple', avance-t-elle. Et pour valoriser le recyclage, 'nous allons déployer un système de bonus-malus allant jusqu'à 10% du prix des produits pour mobiliser le consommateur', poursuit-il. Celui-ci sera 'activé' à partir de 2019 et devrait 'monte en puissance'.
  • Le 1er janvier 2020, la vente de produits à usage unique comme les gobelets, les pailles ou les produits de pique-nique sera interdite. Dans le JDD, Michel-Edouard Leclerc, PDG de l'enseigne du même nom, va plus loin et assure que ce sera fait avant dans ses magasins, 'dès la fin du premier trimestre 2019' : 'Ils seront remplacés par des produits réutilisables ou fabriqués avec des matériaux de substitution certifiés, plus durables?: carton, bambou, etc.'
  • Autre chantier : l'étiquetage des produits, qui porte souvent à confusion pour les consommateurs. 'D'ici 2020, nous aurons mis en place un logo, le Triman, qui dira si un produit a vraiment été fabriqué avec du plastique recyclé ou s'il est recyclable', indique Brune Poison.
  • A l'horizon 2025, la feuille de route gouvernementale sur l'économie circulaire vise le '100% de plastiques recyclés', un objectif qui constitue 'un horizon collectif' pour mieux mobiliser, précise la secrétaire d'Etat. Pour tenter d'y parvenir, la France va devoir faire des efforts divers. Y compris en amont, dans la collecte des produits à recycler. 'À Paris ou Marseille, moins d'une bouteille sur dix est collectée. Et les erreurs de tri sont nombreuses', dit ainsi Brune Poirson, qui évoque les différences de signalétique d'une commune à l'autre. Elle annonce donc une prochaine 'uniformisation de la couleur des poubelles pour créer des automatismes'.
  • S'agissant justement de la collecte des déchets, le gouvernement penche sur un retour de la consigne. Mais l'échéance reste à déterminer. 'Nous allons mobiliser à l'automne des villes pilotes volontaires pour mettre en place un système de consignes solidaires : quand vous déposerez une bouteille en plastique, cela contribuera à financer un fonds en faveur d'une grande cause', dit encore Brune Poirson. 'L'horizon que l'on se fixe est bien la mise en place d'un pur système de consigne - avec caution - à l'échelle de tout le territoire français', affirme-t-elle.

Lire aussi - Vaisselle jetable, consignes, suremballages : Michel-Édouard Leclerc dévoile son plan anti-plastique

Les industriels en première ligne

Pour parvenir à ces différents objectifs, le gouvernement compte surtout sur la bonne volonté des industriels. '55 fédérations industrielles ou entreprises du secteur se sont engagées à doubler la quantité de plastique recyclé intégrée dans leurs produits. D'autres suivront. Si dans deux ans le compte n'y est pas, alors on passera au règlement', prévient Brune Poirson. Du côté de ces industriels, la situation est variable. Dans la distribution, le groupe de Michel-Edouard Leclerc dévoile son plan anti -plastique qui sera mis en place à la rentrée, avec l'objectif affiché d'intégrer le 'podium européen des trois enseignes les mieux-disantes en matière de ­développement durable d’ici à 2022', explique son PDG.

D'autres initiatives sont prises. Danone, par exemple, s'est également engagé à ce que 100% de ses bouteilles proviennent en 2025 de plastiques recyclés, même si le groupe pointe lui aussi le problème de la phase de collecte. Procter & Gamble, propriétaire d'Ariel, Gillette ou Pampers, a fait la même promesse. Ils ont six ans pour y arriver.

Sur le même sujet :