RETOUR


Moustique tigre: C'est bien parti, se retrouve partout en France

par Pierre Berthet le 05-05-2018

Moustique tigre: «C'est bien parti pour qu'il se retrouve partout en France»

INTERVIEW Le moustique tigre, capable de transmettre plusieurs virus à l’homme, sévit actuellement dans une quarantaine de départements…ieiienne


—  
Le moustique tigre sévit actuellement dans une quarantaine de départements.
Le moustique tigre sévit actuellement dans une quarantaine de départements. — LODI FRANCK/SIPA
  • Une quarantaine de départements sont actuellement en vigilance contre le moustique tigre.
  • Cet insecte est capable de transmettre à l’homme des virus tels que la dengue, le chikungunya et Zika.
  • Sans une prévention efficace pour enrayer sa progression, il pourrait vite sévir sur l’ensemble du territoire français.

Prenez garde au moustique tigre ! L’insecte sévit dans 42 départements et est désormais aux portes de Paris. Plus sévère que son cousin le moustique classique, le moustique tigre est vecteur de plusieurs maladies dont le virus du chikungunya, de la dengue et de Zika. Faut-il redouter ce petit insecte ? Sera-t-il demain partout en France ? Et peut-on s’en débarrasser ? « Avec des mesures d’éducation et de prévention efficaces, la moitié du travail sera faite », estime Anna-Bella Failloux, entomologiste à l'Institut Pasteur.

Une quarantaine de départements sont en vigilance contre le moustique tigre, sera-t-il bientôt partout en métropole ?

C’est bien parti pour ! Le moustique tigre est déjà présent sur une large partie du territoire. Il monte vers le nord et touche de nouveaux départements : il est déjà présent en Alsace et se trouve près de Paris. Quant aux pays voisins, on sait que le moustique tigre est présent dans le sud de la Suisse et même occasionnellement aux Pays-Bas, soit bien plus au nord qu’en France.

Et le moustique tigre est d’autant plus présent qu’il est pourvu d’une biologie qui lui permet de s’adapter aux températures froides. Même ses œufs sont dotés d’une enveloppe, une forme de coque qui les protège des températures basses. Ensuite, dès que les pluies printanières tombent, les œufs en sommeil pondus l’année précédente « se réveillent » et éclosent. Et les femelles pondent beaucoup : entre 50 et 100 œufs tous les trois à quatre jours. Des œufs qui sont résistants aux insecticides, ce qui participe à la prolifération des moustiques tigreFaut-il craindre des contaminations aux virus de la dengue, du chikungunya ou de Zika dans les départements touchés ?

En laboratoire, le moustique tigre est capable de transmettre environ 25 virus, dont les trois précités. Si une femelle – seule la femelle pique — se nourrit du sang d’une personne porteuse d’un de ces virus, le virus en question va se retrouver dans son estomac et, sera parfois capable d’être assimilé dans le corps du moustique et se retrouver ainsi dans ses glandes salivaires. Or, le moustique injecte de sa salive en piquant et ainsi libérer le virus à la personne piquée.

En pratique, il faut pour cela que le moustique pique d’abord un cas importé, une personne qui vient d’une région du globe où le virus sévit, qu’elle soit contaminée, vienne en France et soit alors piquée par un moustique tigre. Avant d’en piquer une autre à qui elle va alors transmettre le virus. C’est ainsi que quelques cas autochtones de dengue et de chikungunya sont apparus dans le sud de la France.

Comment agir si cela se produit pour contenir la situation ?

Cela dépend du virus en question et de la rapidité avec laquelle le moustique peut le faire passer de son estomac à ses glandes salivaires. Si un moustique tigre pique une personne porteuse du virus du chikungunya, il faut agir rapidement et pulvériser de l’insecticide dans les deux jours la zone où le moustique a sévi, avant qu’il ne soit en capacité de le transmettre. Si c’est la dengue, virus qui touche de manière épidémique La Réunion en ce moment, le délai passe à environ 8 jours et la pulvérisation se fera sur un périmètre plus large. Mais les insecticides sont à utiliser seulement en dernier recours, sous peine d’entraîner des résistances chez les autres moustiques, un peu comme avec les antibiotiques.

Heureusement, les cas autochtones sont rares et le système de surveillance français est très performant et rapide.

Comment se prémunir des moustiques tigre ?

Il faut d’abord éliminer les gîtes larvaires en vidant la moindre source d’eau stagnante chez soi. Fond de gouttières, soucoupes de pot de fleurs et même une vieille chaussure oubliée dehors sont autant d’endroits où une femelle peut venir pondre ses œufs s’il y a un peu d’eau.

Avec l’arrivée des beaux jours, si on est dans un département où il y a des moustiques tigre, il faut se protéger de leur piqûre, soit en utilisant des répulsifs, soit en s’habillant de vêtements couvrants. Et éviter de s’exposer à l’extérieur aux heures d’activité du moustique, c’est-à-dire à la fraîche, tôt le matin et dès le coucher du soleil.

Arrivera-t-on à contenir le moustique tigre ? Et si oui, comment ?

Cela passe nécessairement par la prévention et l’éducation. Il y a en premier lieu les moustiques importés par l’activité humaine, le transport et le commerce – de pneus et de plantes — ont mené le moustique tigre d’Asie et des territoires d’Outre-mer jusqu’ici, en métropole.

Mais pour les zones où il est installé, et même celles où il n’est pas encore : si vous éliminez les gîtes larvaires chez vous, c’est un très bon premier pas, mais si votre voisin ne le fait pas, c’est forcément moins efficace. C’est une mesure de longue haleine, mais si on parvient déjà à réussir cette étape, la moitié du travail est faite. Et vous serez en prime débarrassés des moustiques classiques.